Les 100 ans de l’aéropostale

Vitesse : 250km/h, altitude :  140 mètres au dessus de l’Atlantique. Il y a 100 ans, un petit groupe de pionniers se lançaient dans un pari insensé : une ligne aérienne, reliant la France à l’Afrique et à l’Amérique du sud…

Aujourd’hui, des passionnés refont le trajet chaque année à bord d’un petit coucou avec le raid Latécoère aéropostale. Les escales sont les mêmes que celles de Jean Mermoz ou Saint Exupéry. A la fin des années 20, les pionniers descendaient des nuages pour apporter des nouvelles fraîches dans l’aéroclub de San Antonio en Patagonie. L’Amérique du sud se retrouve étroitement connectée au vieux continent. Ces routes australes balayées par le Pampero, le vent froid de Patagonie, le raid latécoère aéropostale est le seul à les parcourir à la recherche d’une mémoire loin d’être uniquement française. A chaque escale, on retrouve des petits musées dédiés à la mémoire des pilotes.

Il est temps de décoller vers d’autres cieux. La ville de Natal est bordée par les eaux cristallines. C’est dans cette station balnéaire que ces héros de légende faisaient escale à la pointe est du Brésil. Le bout de la ligne se trouve à Rio Callegos, ouverte par Saint Exupéry et dont il est devenu le chef d’exploitation. Dans la petite maison qui borde la piste, on peut presque sentir sa présence. C’est ici, que les aviateurs se reposaient et partageaient un moment avant de repartir. A cette époque, c’était quelque-chose d’extraordinaire de voir arriver l’avion se poser sur le tarmac. Avant de repartir, on vérifiait le Laté 25 de l’époque héroïque pour le dernier vol en direction de la piste mythique d’ushuaïa.

L’aviateur écrivain Antoine de Saint-Exupéry

Aujourd’hui, le Raid Latécoère fait revivre chaque année cette épopée mythique pour les aviateurs, les amateurs et les passionnés.

Plus d’infos :

Accueil

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *